SOMMAIRE


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue (pour chaque mouvement numéroté)



KODALY Zoltan (1882-1867)


DUO PIANO VIOLONCELLE

Sonate op 4 1910    (-/-)

oEuvre d'un style vigoureux, contrasté, mais sans thématique précise, à ce qu'il me semble. Les mouvements commencent de manière animée, puis se terminent en style vaguement impressionniste (touches parsemées de silence).

ORCHESTRE

Kodaly n'est pas à mon avis uniquement un folkloriste, c'est un véritable compositeur de musique rhapsodique. Ses Galanta dances, ses Marosszék dances le montrent magistralement, me semble-t-il. Ces deux œuvres témoignent d'une extraordinaire réutilisation du folklore pour la création d'œuvres autonomes qui ne sont en rien des variations sur des thèmes folkloriques ou des traductions classiques. Les Variations sur un air folklorique hongrois, malgré leur titre, le montrent encore mieux. Kodaly atteint dans cette dernière œuvre, me semble-t-il, des effets impressionnistes qui dépassent le folklore, même si l'œuvre, par ailleurs, n'a peut-être pas la densité thématique des Marossék dances. Son style est alors plus proche de Sibelius avec quelques traces de l'impressionnisme debusséen. Galanta dances et Marosszék dances contiennent peut-être les effets orchestraux les plus poussés qui se soient osés dans le domaine de la musique savante. Le sens de la couleur et du rythme de Kodaly me paraissent étonnants, ainsi que la subtilité des nuances. Ces deux œuvres représentent une suite de thèmes (danses) très variés à travers lesquels apparaît souvent de larges passages à la flûte ou à la clarinette.

Galanta Dances    (****)

Marosszék Dances    (***)

Variations sur un air de folklore hongrois Le paon    (**)

Dans cette œuvre où Kodaly se rapproche manifestement (et avec beaucoup d'art à mon avis) du style de Sibelius, on remarquera plusieurs passages impressionnants de profondeur et d'une intensité presque angoissante, par exemple une suite de doubles accords aux trompettes alternant avec un motif de la basse. Les cordes conservent un rôle important. Malheureusement, on doit déplorer à mon avis de nombreux passages plus faibles, notamment un passage à la flûte pianissimo en partie finale rappelant quelque peu le Daphnis et Chloé de Ravel.

Hary Janos Suite    (*/*/*/***/**/***)

De style très rhapsodique comme on le conçoit, cette œuvre est une démonstration d'effets orchestraux originaux, inégalement réussis, me semble-t-il. La bataille et la défaite de Napoléon présentent des effets de percussions très modernes. Dans le même esprit, L'entrée de l'Empereur et sa cour utilise un thème très oriental, d'allure presque chinoise. On remarquera aussi l'Intermezzo utilisant la cithare hongroise.

VIOLONCELLE

Sonate op 8 1915    (-/-/-)

Cette œuvre d'aspect très original, très contrastée, exploite toutes les possibilités du violoncelle: doubles cordes, bariolages, pizzicati, extrême-aigus (notamment dans le troisième mouvement). Il s'agit à mon sens d'une démonstration de virtuosité très impressionnante, mais dépourvue de toute thématique marquante.

SOMMAIRE


Site optimisé pour norme W3C sous Linux