SOMMAIRE


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue (pour chaque mouvement numéroté)



SPOHR Ludwig (1784-1859)


DUO HARPE VIOLON

Le style de Spohr dans ces œuvres apparaît très clair et mélodique, sans aucune virtuosité. D'une écoute agréable, ces pièces dépassent à mon avis rarement l'intérêt d'un divertissement de bon goût. Certaines parties, cependant, comme le 1er mouvement de la Sonata concertante op 115 et le 2ème mouvement (Andante con moto) du Trio en E m, malgré leur extrême simplicité, recèlent, me semble-t-il, un charme certain et montrent chez Spohr des qualités de mélodiste incontestable.

Sonata concertante in D majeur op 115 DUO VIOLON HARPE    (-/*/-)

Sonata in C mineur DUO HARPE VIOLON    (**/-)

Sonata in B majeur op 16 DUO HARPE VIOLON    (*/-/*)

TRIO

Trio in E mineur TRIO HARPE VIOLON VIOLONCELLE    (-/**/*)

VIOLON ORCHESTRE

Les concertos de Spohr montrent un style très proche de Paganini, notamment en ce qui concerne le mélodisme, caractérisé par son chromatisme spécial. L'orchestration ne fait pas exception, avec ses envolées de cordes, mais parfois un peu plus pesantes à mon avis. Il manque cependant à Spohr, me semble-t-il, la puissance lyrique et cette élégance particulière du maître génois. De même, la virtuosité apparaît toujours plus tempérée que chez Paganini, notamment en ce qui concerne les staccatos en double cordes. A son corps défendant, Spohr prouve là qu'il existe bien un style thématique paganinien, qu'il s'est bien approprié, à moins que celui-ci ne provienne de Giuliani.

Concerto n°8 1816    (***)

L'œuvre, écrite en un mouvement, qui est la suite de quatre sections, est essentiellement composée de passages mélodiques lents.

Concerto n°9    (**/*/*)

Moins lyrique et moins inspiré à mon avis que le Concerto n°8, ce concerto doit également son intérêt à l'exploitation du mélodisme paganinien. Le violon, qui s'évade rarement du legato, manque à mon avis de contraste. L'orchestre est lui-aussi paganinien avec à mon avis moins de souplesse et d'éclat. Le dernier mouvement se caractérise par l'utilisation quasi constante des doubles cordes par le soliste.

Concerto n°7 E mineur op 38 1814    (*/-/-)

Cette œuvre apparaît très symphonique malgré une coloration instrumentale peu marquée. Le violon, très timide, se restreint à un jeu peu saillant, assez peu lyrique comportant presqu'uniquement du legato. Néanmoins aucune réminiscence du style galant ne demeure.

Concerto n°12 A mineur op 79 1828    (*/**/*)

Ce concerto recèle le chromatisme mélodique caractéristique de Paganini. Le violonisme, de style assez affirmé, me semble-t-il, demeure néanmoins limité au jeu legato. L'orchestration est parcimonieuse. On remarquera une séquence solo de la clarinette comme dans le 1er mouvement du Concerto n°2 de Paganini, dans un registre nettement moins lyrique. Quelques motifs très beaux à mon avis apparaissent dans le second mouvement.

SOMMAIRE


Site optimisé pour norme W3C sous Linux