SOMMAIRE


LÉGENDE DES APPRÉCIATIONS SUR LES OEUVRES


- : peu intéressant

* : assez bon

** : bon

*** : excellent

**** : exceptionnel


Exemple pour une oeuvre en plusieurs mouvements :

Concerto (*/*/-/*)

icone Écouter
icone Voir une évaluation continue (pour chaque mouvement numéroté)



WIENIAWSKI Henryk (1835-1880)


VIOLON ORCHESTRE

Concerto n°1    (***/*/**)

C'est la limpidité et le lyrisme, à mon avis, qui frappent de prime abord dans l'écriture de ce concerto. Le style orchestral serait celui d'un Vieuxtemps, moins fourni cependant, le style violonistique serait celui d'un Paganini. Le premier mouvement me paraît le plus lyrique. Le violon adopte un caractère légèrement tzigane par son chromatisme. Un motif en double corde est très caractéristique de Paganini et trahit une influence certaine. La mélodie du second mouvement dans une tessiture mi-grave est originale, assez captivante malgré une trame thématique quelque peu monocorde, à mon avis. Le thème principal du troisième mouvement, de style très slave, me paraît excellent, mais les autres motifs me semblent moins affirmés.

Concerto n°2    (-/-/*)

Aussi brillant presque que le Concerto n°1, ce concerto m'apparaît en revanche très peu dense du point de vue thématique. Le premier mouvement, à mon avis, contient peu de substance bien qu'il soit varié, brillant et animé, hors un passage (en fin de mouvement) directement inspiré d'un thème d'orchestration de Paganini. Beaucoup plus dense, le troisième mouvement présente quelques thèmes à mon sens magnifiques, malheureusement noyés dans un ensemble d'intérêt médiocre.

Concert-polonaise    (***)

Cette magnifique polonaise, me semble-t-il, au lyrisme généreux illustre une fois de plus l'importance de l'héritage paganinien que Wieniawski utilise avec une maîtrise digne du maître génois. On remarquera en particulier le chant très mélodique dans le médium (qui rappelle quelque peu un thème du 2ème mouvement du Concerto n°1 de Paganini) et même certains aspects de l'orchestration paganinienne (trémolo de cordes en crescendo dans l'accompagnement). La dynamique du thème principal fait également merveille, à mon avis. Il s'agit là d'une des partitions le plus paganiniennes, dans son intégralité. Cette œuvre, dont on ne connaît pas la date de création, est certainement pour cette raison très antérieure aux concertos, par rapport auxquels l'évolution violonistique et orchestrale est très importante.

Dudziaz    (-)

Œuvre à mon avis de faible envergure. Le thème principal orchestral moderato me paraît peu marquant, la mélodie au violon, grave et dans un tempo lent, ne l'est guère plus à mon avis.

Fantaisie sur Faust    (**)

Scherzo-tarentelle    (*)

Œuvre très solistique, dans un tempo rapide, comportant une partie centrale lente. On y décèle à mon avis peu de bons motifs et beaucoup de virtuosité gratuite.

Légende    (**)

Cette œuvre courte crée une atmosphère très nostalgique, malgré son abord peu spectaculaire. Le motif d'ouverture exposé aux bassons dans l'extrême grave évoque particulièrement le monde lointain d'une légende d'outre-tombe. Une très belle mélodie, à mon avis, en doubles-cordes legato fait contraste avec la partie centrale. Wieniawski dévoile ici une autre face de son expressivité par rapport au Concert-polonaise.

Souvenir de Moscou    (*)

La première partie est une longue cadence de tempo lent, d'un intérêt, me semble-t-il, restreint. La seconde partie, en opposition, est construite sur un thème russe en accelerando.

SOMMAIRE


Site optimisé pour norme W3C sous Linux